Patrimoine normand

Au début du XVII° siècle, Rouen passe pour la seconde capitale de l’orgue en France et réunit une pépinière d’organiers (les Lefebvre, mais aussi Robert Clicquot, le temps de reconstruire l’orgue de la cathédrale) et d’organistes (Titelouze, Boyvin, Corrette, Dagincour).

 

L’orgue de Guillaume Lessélier, construit à Saint-Martin de Boscherville en 1627 est aujourd’hui l’un des plus beaux témoignages de cette époque. Ce facteur d’orgue d’origine irlandaise, établi à Rouen, a construit plusieurs instruments en Haute-Normandie, notamment celui de la Cathédrale du Havre (1637), celui de l’église Saint Etienne des Tonneliers de Rouen (1635), et de Néville (1625). Mais, aujourd’hui, l’orgue de Saint-Martin de Boscherville est le seul à avoir conservé son caractère d’origine, son identité.

De la fin du XVI° jusqu’au XVIII° siècle, se sont succédés sur la région rouennaise de célèbres organistes et compositeurs, reconnus pour leur talent à travers toute la France.

 

Des Hymnes de Jehan Titelouze aux messes de Dagincour, c’est tout un répertoire propre aux offices qui est élaboré à cette époque. Ces œuvres, abondantes et variées, sont connues aujourd’hui des organistes et des mélomanes avertis.

 

 

 

 

Michel Corrette

© 2012